En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Le serpent change de peau, non de nature.   Proverbe persan
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :   On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l'ont engendré   Albert Einstein
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Il ne faut pas craindre les tyrans mais ceux qui les laissent faire.   Jeanne Vandeschooten
Texte à méditer :   Surgis du ventre de la nuit, ils sont porteurs des foudre de Neptune.   Commandos de Marine
Texte à méditer :   Les deuils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun   Ernest Renan (cité par F. Fillon)
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
 
 

Mentions légales

Ce site est la propriété personnelle d'un Ancien Auditeur de l'Institut des Hautes-Etudes de la Défense Nationale française (IHEDN). Il se réclame de la liberté de pensée et d'expression garantie par la Constitution française. Il se veut lanceur d'alerte. Il est aussi le webmestre, membre de l'Association de soutien à l'Armée française (ASAF).

Nous sommes respectueux de la loi de notre république, des patriotes français au service de la France et de l'intérêt général quand nous exerçons notre droit à dénoncer, de bonne foi, les abus et les délits,adressant un signal d'alarme et, ce faisant, enclenchant un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation collective. C’est l’article 6 de la loi Sapin II, du 9 décembre 2016, qui précise ce qu'est un lanceur d'alerte.

Nous sommes respectueux des lois de notre pays. Nous avons le mensonge en horreur !

 

Nouveautés du site

(depuis 12 jours)
 

Contribuables

Ce site est basé à Montpellier, ne vit que sur la volonté d’un groupe de citoyens spoliés de leur droit à administrer l’Association des Contribuables de l’Hérault et à recevoir des comptes de leurs cotisations.

Les frais liés à notre hébergeur sont supportés par le webmestre. L’activité quotidienne d’un site nécessite un suivi informatique, pour faire face aux problèmes techniques ou aux malveillances.

Nous ne diffamons personne. Nous observons, nous lisons, nous capturons des écrans, des images et des articles publiés sur d'autres sites dont nous indiquons l'adresse Internet. Les preuves conservées nous servent à étayer nos témoignages. Bien sûr, nous ne dévoilons pas l'identité de nos amis qui s'adressent à nous sous des pseudonymes pas plus que leurs adresses Internet. Les contributions sont publiées après validation par le webmaster du site.

Contre les abus : défendons nous !

Nous avons de droit et le devoir de nous défendre. Nous lançons un appel à tous ceux qui étaient membres actifs, adhérents, de l'Association des Contribuables de l'Hérault (ACH34), laissés sans nouvelles depuis 2010 par la Présidente et le Bureau et qui souhaiteraient nous rejoindre dans notre lutte contre les dépensocrates débridés de notre métropole. Écrivez nous en cliquant la boîte "Contactez nous" (colonne de droite, en bas). Merci.

Retraités modestes matraqués par un pouvoir tenu par des gens qui ont une calculette à la place du cœur, réagissez ! 

 

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

    visiteurs
    visiteurs en ligne

 

Notre doctrine

Nous allons vers la création d'une association de contribuables et citoyens de l'Hérault, avec votre soutien. Nous sommes là pour vous défendre, nous ne diffusons pas l'identité, les coordonnées, de ceux qui nous contactent et qui respectent les lois et les règles de la bienséance et de la politesse en usage dans notre pays. Ni droite ni gauche, ni centre, AU-DESSUS. Pour notre pays, dans le strict respect des lois, de tous nos concitoyens. Ce site est à vous : un blog, recueil de vos doléances, d'accès libre. 
Halte aux privilèges indûs, halte aux grands projets inutiles, aux présidents de comités théodule, ministres, députés, sénateurs, hauts-fonctionnaires, roitelets de campagnes, grassement payés, aux « dépensocrates », à ceux qui vivent aux crochets de l'État avec nos impôts ! 

Vous êtes ici :   Accueil » Mal nommer les choses
 
 
 
 

Mal nommer les choses

Selon ce qu’aurait dit le célèbre écrivain Albert Camus, « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. ». Les scientifiques mettent un point d’honneur à employer un langage précis consistant- à nommer un chat un chat ! Mal nommer est meurtrier, les mots ont la force des armes les plus redoutables ! Les mots peuvent tuer. Nous n’en sommes pas là mais les évènements de ces derniers jours montrent combien l’emploi de termes recouvrant plusieurs concepts peut nuire. Il s’agit de l’environnement, de l’écologie, de l’intérêt général et des lobbys.

 

L’écologie scientifique et les écologues (scientifiques) étudient notre environnement en faisant appel à d’autres sciences auxiliaires comme la climatologie, la pédologie (science du sol), l’océanologie, l’économie, … pour ne citer que les principales. L’écologie politique et les écologistes (politiciens) essaient de défendre l’intégrité de notre environnement et de notre santé en dégageant une doctrine politique qui peut devenir politicienne et en s’appuyant sur les scientifiques, autant que possible.

 

Défendre l’environnement est une cause d’intérêt général, soit par la politique soit par la science ou les deux ensemble. Cet intérêt général est une cause noble, elle défend l’avenir de l’espèce humaine, cette espèce animale qui est la seule à détruire son environnement au nom de la satisfaction d’intérêts particuliers intéressés par l’appât du gain et l’appropriation des ressources naturelles. Le terme anglais « lobby » et ses dérivés est à proscrire au profit du terme français groupe de pression (GDP). Les lobbyistes ou agents de pression exercent leur art auprès des décideurs politiques, soit pour défendre l’intérêt général ou pour défendre des intérêts privés. Les premiers sont très respectables dans la mesure où ils défendent le « bien public », généralement au sein d’associations. Les seconds, surtout s’ils défendent les intérêts de grands groupes économiques suscitent la suspicion sur leurs méthodes parfois à la limite de la légalité. Certains emploient à leur sujet le terme de « visiteurs du soir » ! Sont-ils légitimes ?

 

La légitimité est un concept qui se définit d’abord comme ce qui est conforme aux lois, dans un système de gouvernement. Le nôtre est la démocratie, nos lois ont été votées par des instances élues démocratiquement. Mais depuis les progrés de l’écologie. Comme science, l’écologie s’affirme dans la seconde moitié du XXe siècle. Le terme a été inventé en 1866 par Ernst Haeckel, biologiste allemand. L’école française d’écologie scientifique émerge au début du XXe siècle avec G. Bonnier et Ch. Flahault qui transforment l’approche descriptive des organismes vivants en une approche expérimentale. L. Emberger puis Ch. Sauvage (mon maître) créeront le Centre d’Etudes Phytosociologiques (CEPE) du CNRS à Montpellier, en 1961, qui deviendra le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive en 1988 (CEFE, UMR 5175 CNRS), le plus important des centres de recherches de France. Ceci est pour préciser que la recherche tant nationale qu’internationale en écologie existe bien avec des scientifiques compétents et reconnus. Deux cent ans de recherches internationales on fait émerger les lois scientifiques qui régissent les relations entre les êtres vivants (et notamment les êtres humains) avec les milieux de vie de la planète Terre (sols, atmosphère, océans, …).Ces lois sont intangibles même si elles ne sont pas inscrites dans nos Codes de lois. Elles régissent le fonctionnement de l’écosystème planétaire et des sous-écosystèmes.

 

Là se situe le nœud gordien : la prise en compte des lois de la nature et nos codes. Le conflit est là, entre les intérêts des groupes économiques à but lucratif et la préservation de la santé des citoyens appuyée sur les connaissances du fonctionnement des écosystèmes. Ces connaissances ont une légitimité scientifiquement établie, il y a urgence pour les rendre légales et légitimes de par la loi.

 

Là intervient l’écologie politique qui ne doit pas être appropriée par des idéologies politiciennes mais basée sur des résultats scientifiques. Il y a un toit de verre à faire sauter et le groupe de pression écologique trouve sa légitimité dans le souci de l’intérêt général, notamment de la santé des citoyens. L’attitude niant la réalité du changement climatique est tout simplement criminelle. Comme le souligne Nicolas Hulot, ministre démissionnaire, il y a urgence partout ! La maison brûle ! Glyphosate, plastiques, dégagement de carbone, hyper-cargos porte-conteneurs, hyper-navires de croisière consommateurs de fonds de cuves d’hydrocarbures, … La liste est longue ! Mal nommer les lanceurs d’alertes, le principe de précaution, les agents de pression est une grave responsabilité que prennent les journalistes des médias par ignorance ou insouciance de la gravité du problème et les groupes de pression qui agissent dans l’ombre dans nos institutions contre l’écologie scientifique.

Agecanonix34000

Pierre_Rabhi.jpg

Pierre RAHBI, écologiste que nous voulons honorer avec le chef Rahoni

 

Mots-clés associés

Catégorie : Environnement - Fondamentaux
Page lue 6684 fois