En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 
Texte à méditer :   Résister doit être écrit au présent   Lucie Aubrac
Texte à méditer :   Amour sacré de la Patrie, conduis soutiens nos bras vengeurs ....   Rouget de l'Isle
Texte à méditer :   L'optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès   Sir Baden-Powell
Texte à méditer :   La grande tâche de l'homme est de ne pas servir le mensonge.   Albert Camus
Texte à méditer :   Il y a un communautarisme islamique qui n'a pas sa place sur la terre de France.   François Fillon
Texte à méditer :   Il faut écouter beaucoup et parler peu pour bien agir au gouvernement d'un État.   Cardinal de Richelieu
Texte à méditer :   L'optimisme va bien à qui en a les moyens.   Charles de Gaulle
Texte à méditer :     Comité laïcité-république
Texte à méditer :   La force de la cité ne réside ni dans ses remparts, ni dans ses vaisseaux, mais dans le caractère de ses citoyens   Thucydide
Texte à méditer :   Plumez un poulet plume par plume, personne ne le remarquera.   Madeleine Allbright
Texte à méditer :   La démocratie participative : les citoyens sont les meilleurs experts que questions qui les concernent.   Mme Ségolène ROYAL
Texte à méditer :   Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée.   Colonel (er) Michel GOYA
Texte à méditer :   Il n'est nulle démocratie sans citoyens éclairés, nulle souveraineté sans possibilité de s'informer, nulle liberté sans représentation pour la contrôler.   Juan Branco
Texte à méditer :   Un roi n'est ni un parent ni un ami   Proverbe Wolof (Sénégal)
Texte à méditer :   Surgis du ventre de la nuit, ils sont porteurs des foudre de Neptune.   Commandos de Marine
Texte à méditer :   La France que nous aimons est, aujourdh'ui, menacée.   François Fillon
Texte à méditer :   L'effort est le vivier de l'homme qui tente de se relever   Sergent Vincent Dorival
Texte à méditer :   L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte   Confucius
Texte à méditer :   Ce n'est pas le virus qui se promène, ce sont les gens qui le portent   Le bon sens
Texte à méditer :   Le masque sur le visage est un geste barrière important.   Le bon sens
Texte à méditer :   Demain, « dans la pleine lumière des lendemains, il est facile de voir où nous avons été ignorants ou » ... « négligents ou maladroits.»   d"après W. Churchill
Texte à méditer :   Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.   G. Clémenceau
Texte à méditer :   Plus le singe monte haut, plus il montre son cul.   Michel Eyquem de Montaigne
Texte à méditer :   Chaque poste où un homme peut servir son pays est honorable.   George Washington
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Santé publique
 
 
 
 

Blog - Santé publique


Un nouveau livre du Professeur Perrone  -  par   PereSiffleur

Le Professeur de médecine Christian Perrone est l'auteur de deux ouvrages mettant à plat la gestion de la pandémie à SRAS-CoV-2 ou CoVid-19. Un premier ouvrage :

  • Y a-til une erreur qu'ILS n'ont pas commise ?.- juin 2020, Albin Michel, 207 p.

et diverses déclarations dans les médias (CNews, Sud-Radio, RMC, ...)  lui ont valu  d'être convoqué devant l'Ordre des Médecins et d'être démis de ses fonctions de Chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'Hôpital de Garches et de Président du Conseil Scientifique de la Fédération de la Maladie de Lyme. 6 autres médecins vont être sanctionnés.

Il publie un nouveau livre :

  • Décidément, ILS n'ont toujours rien compris !.- avril 1921, Albin Michel, 280 p.

Ce dernier livre est plus accablant que le premier, un chef d'oeuvre d'accusation et de persifflage, un témoignage courageux servi par une écriture féroce, et nourri de faits précis. Dans l'enseignement donné au DEA d'Ecologie à l'Université de Montpellier, en 1968, feu les Professeurs Charles SAUVAGE et Gilbert LONG nous enseignaient "la vérité terrain", la seule valeur du pragmatisme face aux mensonges générés par le dogmatisme. Merci Professeur de médecine PERRONNE de dire la vérité, citation des sources à l'appui. La médecine est un art, l'art de guérir.

La gestion catastrophique de la pandémie nous laisse un taux d'endettement abyssal, deux générations à venir ne seront pas de trop pour revenir à l'état d'avant la pandémie, état qui n'était pas brillant. "Les confinements répétés mènent les économies à la mort, ou en tout cas en réanimation [économique]. ... Qui dit explosion de la dette dit coupes dans le budget de l'hôpital."

Père Siffleur
Citoyen et contribuable de l'Hérault


logo_citoyens34-100x33.jpg Contribution validée et vérifiée par le modérateur qui a ajouté quelques références et amélioré la présentation initiale.

Nous ajoutons que le serment d'Hippocrate est publié par l'Ordre National des Médecins. Nous citons une partie :

« Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. ... ».

Donc, guérir un patient doit être le premier souci du médecin. Donner un placebo dans un essai clinique contre une maladie réputée mortelle devrait entraîner une inculpation pour homicide volontaire ! Il faut dissocier la liberté de prescription du médecin dans son art de guérir et les essais cliniques qui relèvent de l'expérimentation sur des volontaires dûment volontaires et avertis des risques qu'ils prennent. Guérir d'abord, en toute indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Nous citons le serment d'Hipocrate : 

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.»

De là découle le Code de déontologie médicale qui fait partie du Code de la Santé publique. Nous citons ici un article : 

« ARTICLE R.4127-5 Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit. ».

Les médecins sont libres de leur prescriptions, nous citons un autre article :

« ARTICLE R.4127-8 Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance. Il doit, sans négliger son devoir d’assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des soins. Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles. ».

Les essais cliniques font partie de la Recherche scientifique, il doivent avoir pour objectif d'aider le médecin à mieux pratiques son art mais on ne peut ignorer les résultats obtenus par un médecin qui guérit, comme c'est le cas des traitements anti-CoVid-19 mis en oeuvre par d'éminents professeurs et médecins.

Nous citons un autre article : 

« ARTICLE R.4127-9 Tout médecin qui se trouve en présence d’un malade ou d’un blessé en péril ou, informé qu’un malade ou un blessé est en péril, doit lui porter assistance ou s’assurer qu’il reçoit les soins nécessaires.

La CoVid-19 met en danger la vie des malades et l'article précité fait obligation d'assurer "les soins nécessaires". L'étude foireuse et bidonnée de Surgisphère publiée par The Lancet puis récusée et retirée a servi à un médecin neurologue, le Docteur Olivier Véran, présentement Ministre de la Santé à interdire un traitement hydroxychloroquine-azithromycine, "les soins nécessaires". Qu'à fait le Conseil de l'Ordre ? A-t-on déféré le Ministre devant sa juridiction ?

La restriction "Dans les limites fixées par la loi" mais "compte-tenu des données acquises par la science" a permis à Monsieur le Ministre de la Santé Publique de légiférer pour interdire l'utilisation de l'hydroxychloroquine et de faire du Conseil de l'Ordre un instrument de répression totalitaire contre des médecins ayant obtenu des résultats pour sauver des vies. Deux livres (Perronne et Bazin, vir ci-après) l'affirment. Le Conseil de l'Ordre ne peut atteindre le journaliste, sa compétence se limite aux médecins ! 

Lisez l'ouvrage du Professeur Perronne (2021) et celui du journaliste scientifique Xavier Bazin :

  • BIG PHARMA DÉMASQUÉ !.- mai 2021, Guy Trédaniel éditeur, 245 p.

Il complète l'ouvrage du Professeur PERRONNE qu'il ne cite pas (p. 247) mais cite l'ouvrage  du Professeur Didier RAOULT :

  • ÉPIDÉMIES : Vrais dangers et fausses alertes.- avril 2020, Michel Lafon éditeur, 176 p.

Citoyens34 n'a aucun lien d'intérêt avec un quelconque parti politique, auteur, éditeur ou laboratoire. Seul le souci d'informer en toute vérité les internautes-lecteurs et leur donner nos sources, en tout pragmatisme.

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

Le Professeur de médecine Christian Perrone est l'auteur de deux ouvrages mettant à plat la gestion de la pandémie à SRAS-CoV-2 ou CoVid-19. Un premier ouvrage :

  • Y a-til une erreur qu'ILS n'ont pas commise ?.- juin 2020, Albin Michel, 207 p.

et diverses déclarations dans les médias (CNews, Sud-Radio, RMC, ...)  lui ont valu  d'être convoqué devant l'Ordre des Médecins et d'être démis de ses fonctions de Chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l'Hôpital de Garches et de Président du Conseil Scientifique de la Fédération de la Maladie de Lyme. 6 autres médecins vont être sanctionnés.

Il publie un nouveau livre :

  • Décidément, ILS n'ont toujours rien compris !.- avril 1921, Albin Michel, 280 p.

Ce dernier livre est plus accablant que le premier, un chef d'oeuvre d'accusation et de persifflage, un témoignage courageux servi par une écriture féroce, et nourri de faits précis. Dans l'enseignement donné au DEA d'Ecologie à l'Université de Montpellier, en 1968, feu les Professeurs Charles SAUVAGE et Gilbert LONG nous enseignaient "la vérité terrain", la seule valeur du pragmatisme face aux mensonges générés par le dogmatisme. Merci Professeur de médecine PERRONNE de dire la vérité, citation des sources à l'appui. La médecine est un art, l'art de guérir.

La gestion catastrophique de la pandémie nous laisse un taux d'endettement abyssal, deux générations à venir ne seront pas de trop pour revenir à l'état d'avant la pandémie, état qui n'était pas brillant. "Les confinements répétés mènent les économies à la mort, ou en tout cas en réanimation [économique]. ... Qui dit explosion de la dette dit coupes dans le budget de l'hôpital."

Père Siffleur
Citoyen et contribuable de l'Hérault


logo_citoyens34-100x33.jpg Contribution validée et vérifiée par le modérateur qui a ajouté quelques références et amélioré la présentation initiale.

Nous ajoutons que le serment d'Hippocrate est publié par l'Ordre National des Médecins. Nous citons une partie :

« Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. ... ».

Donc, guérir un patient doit être le premier souci du médecin. Donner un placebo dans un essai clinique contre une maladie réputée mortelle devrait entraîner une inculpation pour homicide volontaire ! Il faut dissocier la liberté de prescription du médecin dans son art de guérir et les essais cliniques qui relèvent de l'expérimentation sur des volontaires dûment volontaires et avertis des risques qu'ils prennent. Guérir d'abord, en toute indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Nous citons le serment d'Hipocrate : 

« Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.»

De là découle le Code de déontologie médicale qui fait partie du Code de la Santé publique. Nous citons ici un article : 

« ARTICLE R.4127-5 Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit. ».

Les médecins sont libres de leur prescriptions, nous citons un autre article :

« ARTICLE R.4127-8 Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance. Il doit, sans négliger son devoir d’assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des soins. Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles. ».

Les essais cliniques font partie de la Recherche scientifique, il doivent avoir pour objectif d'aider le médecin à mieux pratiques son art mais on ne peut ignorer les résultats obtenus par un médecin qui guérit, comme c'est le cas des traitements anti-CoVid-19 mis en oeuvre par d'éminents professeurs et médecins.

Nous citons un autre article : 

« ARTICLE R.4127-9 Tout médecin qui se trouve en présence d’un malade ou d’un blessé en péril ou, informé qu’un malade ou un blessé est en péril, doit lui porter assistance ou s’assurer qu’il reçoit les soins nécessaires.

La CoVid-19 met en danger la vie des malades et l'article précité fait obligation d'assurer "les soins nécessaires". L'étude foireuse et bidonnée de Surgisphère publiée par The Lancet puis récusée et retirée a servi à un médecin neurologue, le Docteur Olivier Véran, présentement Ministre de la Santé à interdire un traitement hydroxychloroquine-azithromycine, "les soins nécessaires". Qu'à fait le Conseil de l'Ordre ? A-t-on déféré le Ministre devant sa juridiction ?

La restriction "Dans les limites fixées par la loi" mais "compte-tenu des données acquises par la science" a permis à Monsieur le Ministre de la Santé Publique de légiférer pour interdire l'utilisation de l'hydroxychloroquine et de faire du Conseil de l'Ordre un instrument de répression totalitaire contre des médecins ayant obtenu des résultats pour sauver des vies. Deux livres (Perronne et Bazin, vir ci-après) l'affirment. Le Conseil de l'Ordre ne peut atteindre le journaliste, sa compétence se limite aux médecins ! 

Lisez l'ouvrage du Professeur Perronne (2021) et celui du journaliste scientifique Xavier Bazin :

  • BIG PHARMA DÉMASQUÉ !.- mai 2021, Guy Trédaniel éditeur, 245 p.

Il complète l'ouvrage du Professeur PERRONNE qu'il ne cite pas (p. 247) mais cite l'ouvrage  du Professeur Didier RAOULT :

  • ÉPIDÉMIES : Vrais dangers et fausses alertes.- avril 2020, Michel Lafon éditeur, 176 p.

Citoyens34 n'a aucun lien d'intérêt avec un quelconque parti politique, auteur, éditeur ou laboratoire. Seul le souci d'informer en toute vérité les internautes-lecteurs et leur donner nos sources, en tout pragmatisme.

ici_on_s-honore_du_titre_de_citoyen.jpg

Fermer

citoyen34
Publié le 27/05/2021 ¤ 07:46   | |    |


Commentaires

Réaction n°1 

 par IHEDN34070 le 27/05/2021 ¤ 09:32

Quand-va cesser cette pantalonnade d'une France gouvernée par les intérêts des grands labos pharmaceutiques ?


citoyens34-100x33.jpgCommentaire validé !